• Trancription générée automatiquement

    Bonjour, bienvenue sur ce live : les astuces pour sous-titrer automatiquement vos vidéos. Vous avez été très nombreux à vous inscrire encore une fois et je vous en remercie beaucoup. Alors je me présente pour commencer, donc je suis Tanguy de Lamarzelle, et je suis directeur service et marketing pour la société Momindum. Momindum, on est un éditeur de logiciels. On propose une solution vidéo globale pour les entreprises. On gère toutes les problématiques techniques qui sont liées à la vidéo. On a un outil qui permet de créer du contenu, d'enrichir du contenu, de sous-titrer du contenu évidemment. Et puis on a une plate-forme de diffusion qui permet de faire l'hébergement et la diffusion en streaming de manière sécurisée dans vos environnement de travail. Voilà donc on gère vraiment toutes les problématiques qui sont liées à la vidéo. Et voilà aujourd'hui, on souhaitait vous parler de sous-titrage parce qu'on sait que c'est quelque chose d'important pour vous qui est en général très utilisé. Alors en effet, vous êtes de plus en plus nombreux à utiliser la vidéo pour communiquer, pour former, pour informer que ce soit vos collaborateurs, vos partenaires, vos prospects, vos clients. Et donc, voilà, avec la massification du travail à distance, l'accélération du travail à distance qu'on voit aujourd'hui, l'usage de la vidéo, est de plus en plus important, de plus en plus fréquent, et donc on a besoin de d'augmenter toujours la qualité, d'augmenter toujours l'impact des contenus pour être sûr qu'on touche bien nos cibles et être sûr qu'on favorise la mémorisation, la rétention des informations qui sont partagées dans les vidéos. Et donc le sous-titrage, c'est une des clefs pour favoriser la consommation et la rétention d'informations. Donc du coup, c'est le sujet qu'on va traiter aujourd'hui, puisque le sous-titrage, c'est vrai que c'est quelque chose qui peut être problématique, qui peut parfois prendre beaucoup de temps. On sait pas trop comment s'y prendre. Donc aujourd'hui on va vous donner quelques techniques, quelques astuces. Je vais vous partager, ce que moi j'ai pu expérimenter pour vous faire gagner du temps. Je vous rappelle que vous pouvez poser vos questions sur le mur qui est à droite du player vidéo et je me ferai un plaisir d'y répondre au fur et à mesure. Alors déjà avant de démarrer, on va partir sur quatre bonnes raisons de sous-titrer vos vidéos. Parce que peut être que vous n'êtes pas convaincus qu'il faut sous-titrer. Alors moi je vais vous expliquer pourquoi, à mon sens, c'est important. Déjà le premier aspect, c'est pour le référencement. Quand on sous-titre la vidéo, si on sous-titre avec un outil c'est géré par le playeur vidéo, une fois que c'est incrusté dans le fichier vidéo en lui-même, ça peut alimenter les moteurs de recherche pour faciliter l'accès à la bonne information au bon moment. Donc si vous sous-titrez votre vidéo et que vous avez un moteur de recherche qui peut chercher dans ce sous-titrage, et bien vous allez faciliter, pour les collaborateurs, la possibilité de trouver exactement l'instant d'une vidéo qui parle d'un sujet qui l'intéresse. Donc c'est déjà très important pour ça. Parce qu'aujourd'hui on est inondé d'informations, on reçoit toujours beaucoup de contenus et le sous-titrage, ça peut favoriser l'accès à la bonne information. Evidemment pour l'accessibilité aussi pour les sourds malentendants, le sous-titrage c'est une clé pour leur permettre à eux aussi de visionner le contenu. Et dans certaines entreprises en tout cas, c'est même obligatoire maintenant de sous-titrer pour s'assurer que les sourds malentendants puissent consommer les contenus comme les autres. Le deuxième aspect c'est pour l'internationalisation des contenus vidéos. Alors quand on parle de sous-titrage, souvent quand j'échange avec des des prospects ou des clients, ils pensent tout de suite à traduction. Alors je vais repositionner mon discours dès le début, c'est que au démarrage, moi quand je parle de sous-titrage, je parle de sous-titrage dans la langue de la vidéo. Donc si la vidéo est en français, la première étape c'est de sous-titré en français. Et après, viens l'étape de l'internationalisation avec la traduction de ce sous-titrage avec plusieurs versions du sous-titrage française, anglaise, espagnole etc... Mais déjà, même dans la langue de la source, c'est déjà une manière d'internationaliser finalement parce que par exemple, pour moi qui suis francophone, regarder une vidéo en anglais avec le sous-titrage en anglais, ça va m'aider dans ma compréhension. Alors évidemment on peut aller plus loin et on peut traduire pour que le le sous-titrage soit en français et c'est encore mieux, ça vous permet avec le même contenu de toucher une population cible beaucoup plus importante. Troisième étape, troisième bonne raison de sous-titrer vos vidéos, c'est qu'elles vont pouvoir être visionnées partout, tout le temps, quelque soit les conditions dans lesquelles se trouvent l'auditeur. Donc si l'auditeur, par exemple est en situation de déplacement, il est dans les transports, il ne peut pas activer le son sur son téléphone par exemple, où il en open space et il a pas d'écouteurs, et bien là, il pourra quand même continuer à visionner votre vidéo. Si la personne n'a pas le son sur son ordinateur, ça arrive dans certaines entreprises. Avec certains de nos clients, on a déjà vu ça. Certains collaborateurs n'ont pas de carte son sur leur ordinateur. Bon voilà, au moins, même si c'est une expérience dégradée, au moins ils peuvent quand même consulter le contenu. Et on voit d'ailleurs, on s'inspire aussi de ce qui se passe dans le grand public, dans les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Facebook, et on voit que les vidéos maintenant sont de plus en plus consommées sans le son, tout simplement parce que il y a la notion d'autoplay. L'autoplay, c'est le fait de lancer la vidéo directement dès qu'on arrive sur la page, elle se lit tout de suite et souvent quand elle commence à se lire, il n'y a pas le son sur cette page là. Il y a pas le son sur cette page là, et du coup elle démarre et malheureusement si il n'y a pas le sous-titrage, l'efficacité n'est pas au rendez-vous. Donc ça, c'était pour les bénéfices du sous-titrage. Je vais prendre quelques questions qui ont été posées Première question que je vois c'est : "Il reste toujours des coquilles, fautes d'orthographe ou autres dans les sous-titrages. Comment les éviter au maximum?" Et bien ça on va le voir juste après je prends la question maintenant, mais on va le voir après. Effectivement il y a des possibilités pour corriger vos sous-titrage assez facilement et faire en sorte que ce ne soit pas trop complexe, pas trop chronophage et surtout que la correction se fasse en temps réel. Bon, je reviendrai un petit peu plus en détail après sur cette question. Je vais prendre une autre question que je peux traiter maintenant c'est : "Faut-il écrire ce que dit réellement la personne ou mieux faut-il rectifier certaines erreurs de français, supprimer les répétitions et les bafouillages? " Alors c'est un parti pris. Quand j'ai regardé un petit peu ce qui se faisait au niveau du sous-titrage, j'ai trouvé un document qui provenait d'un cabinet d'études qui était spécialisé dans le sous-titrage pour les pays francophones, et eux dans cette étude là, indiquaient que le sous-titrage était en premier lieu pour les gens qui n'avaient pas le son, ou qui étaient sourds malentendants, et que ce sous-titrage devait répondre aux mieux à ces personnes là pour qu'ils puissent comprendre vraiment le sujet. Et donc, quand on est dans le cas d'une conversation qui est retranscrite, ils préconisent, eux ,de supprimer les bafouillements, de supprimer les fautes pour que ça soit intelligible et facilement compréhensible pour l'auditeur qui ne va pas pouvoir regarder avec le son. On pense d'abord à celui-là en fait. Après ils contrebalancent cet argument en disant : sauf si justement ces baffouillements et ces hésitations sont faites un peu exprès on va dire, mais là on n'est plus dans un sujet de cinéma où parfois le personnage va bafouiller, c'est dans son rôle d'acteur et donc ça on va le retransmettre si c'est quelque chose de voulu, mais si c'est pas voulu, en général, on va quand même essayer de corriger, d'éviter de laisser trop de fautes de français ou trop de tics verbaux parce que typiquement, là vous voyez quand je parle en direct, c'est sûr j'ai des tics verbaux je fais des "euh" très certainement, je m'en excuse, mais ça vous n'allez pas le retranscrire. Les tics verbaux, ça n'a aucun intérêt de le retranscrire. Ce qu'il faut c'est favoriser la compréhension pour la personne qui n'a pas le son. Et ne pas alourdir le sous-titrage avec des éléments qui sont inutiles, qui n'apportent rien à la vidéo. J'espère avoir répondu à la question. "Bonjour peut-on intégrer des SRT à votre solution et non manuellement?" Alors on peut intégrer des SRT, oui tout à fait. C'est l'objectif et c'est même ce qu'on va voir aujourd'hui. Nous, notre vision, en tout cas ce que je pense qui est le plus efficace, ce n'est pas d'incruster le sous-titrage directement dans le fichier vidéo source, mais bien d'avoir un fichier SRT qu'on va venir ajouter au player vidéo. Il faut que le player vidéo qu'on va utiliser supporte ce format SRT pour qu'on puisse voir les sous-titrages. Pourquoi je ne conseille pas d'incruster le sous-titrage directement dans le fichier source? Tout simplement parce que si vous avez votre sous-titrage directement dans le fichier source de la vidéo, vous allez devoir générer une version de votre vidéo par langue, vous aurez beaucoup moins de souplesse pour corriger votre sous-titrage, ça permettra pas de faire du référencement etc... Donc pour moi, il faut vraiment qu'il y ait un fichier SRT et il faut avoir une solution vidéo qui a un player vidéo qui permette de gérer le SRT. "Pour le sous-titrage multilingue, comment switcher de l'anglais au français par exemple?" Et bien on le verra juste après. Mais effectivement c'est très important. Il faut à nouveau que le player vidéo que vous allez utiliser, donc la solution vidéo vous fournit un player vidéo pour lire le contenu pour l'auditeur final, il faut qu'il vous mette à disposition, la petite icône, qui vous permet de passer d'une langue à l'autre. C'est exactement comme ce qu'on peut voir sur YouTube. Le player vidéo Youtube par exemple, permet de faire ça. Il y a le petit bouton CC qui nous permet de passer d'une langue à l'autre. Je vous propose de continuer la présentation et de reprendre quelques questions par la suite. Alors je voudrais vous partager, les grandes étapes clés que moi j'ai identifié quand on doit sous-titrer une vidéo. Quand on veut sous-titrer une vidéo, la première étape c'est une étape de rédaction, en tout cas de transcription du discours. Vous avez une vidéo, il y a un discours oral dans cette vidéo, Il faut mettre ce discours oral au format écrit. Cette étape elle peut être assez longue. C'est-à-dire que si on vous envoie un fichier vidéo, que vous devez écouter, et vous devez retaper tout le texte, ça peut être assez long. On va essayer de voir comment on peut raccourcir cette étape là. Deuxième étape quand on fait du sous-titrage, on a déjà le texte au format écrit. Ensuite il faut synchroniser ce texte qui est au format écrit avec la vidéo. Donc déjà il va falloir faire du repérage. Repérer dans la vidéo, à quel instant on doit associer quelle phrase. Et puis ensuite on va devoir associer le timecode donc l'instant de la vidéo à la phrase, pour que la phrase apparaisse au bon moment lors de la lecture de la vidéo pour l'auditeur final. C'est une phase de synchronisation qui pareil, peut prendre un peu de temps. Et enfin, il y a l'étape de vérification. On va relire sa vidéo et on va vérifier que chaque phrase apparaît au bon moment. Voilà les trois grandes étapes par lesquelles on doit passer en général quand on fait du sous-titrage, qui peuvent être plus ou moins longues en fonction des méthodes qu'on utilise. Ce qu'il faut connaître à propos du sous-titrage, donc là je vais donner des informations plus génériques pour qu'on soit tous un petit peu d'accord sur certains termes. Déjà sur la police, ce qu'on doit utiliser comme police dans le sous-titrage. Les préconisations qu'on peut voir en général sur le web à propos de la police qui doit être utilisée, c'est qu'il faut utiliser une police sans empattement. L'enpattement, qu'est ce que c'est? C'est quand en bas de la lettre par exemple, vous avez ici une barre horizontale à la fin du "h" là vous voyez il y a des barres horizontales à la fin du "h". Et bien ça, c'est ce qu'on appelle un empattement sur la police. Et ça, ce sera moins lisible dans le sous-titrage. Il faut faire attention à ça. Je sais qu'il y avait une question qui était passée sur le mur de question qui était : "Quelle est la taille, la police, la couleur etc..." Ce que nous on fait, j'ai pas la vérité absolue, mais en tout cas ce que nous on fait, c'est qu'on prend une police blanche, mais on met un ombré noir derrière la police, comme ça, ça s'adapte à tous les fonds de vidéo. Donc si le fond est noir, c'est bon parce que la police est en blanc, et si le fond de la vidéo est en blanc, ça marche aussi parce qu'il y a un ombré noir derrière le texte donc ça reste toujours visible. Ensuite, il faut limiter le nombre de lignes et de caractères lors de l'affichage du sous-titrage. Si vous affichez d'un coup un énorme pavé de texte en sous-titrage, ça sera trop lourd, la personne n'arrivera pas à lire, et si c'est juste un mot pareil, ça sera trop court, elle aura pas le temps de le lire. Ce qu'on voit c'est qu'en général il faut faire une à deux lignes maximum, faut pas dépasser les deux lignes de sous-titrage. Et ça tourne, dans ce qu'on peut voir sur internet entre trente deux et trente cinq caractères. Ensuite il faut respecter le format, la norme SRT. Donc SRT c'est un format de fichier qui permet de timecoder la vidéo donc de mettre à quel instant le sous-titrage commence et à l'instant il se termine, à quel l'instant on va afficher la phrase et à quel instant on va afficher la phrase suivante. C'est un type de fichier quand on fait du sous-titrage. Et enfin la dernière étape, c'est comprendre ce qu'est un timecode. Donc un time code c'est un instant de la vidéo, c'est l'instant précis, heure, minute, seconde, à laquelle on va afficher l'élément, afficher la phrase en question. Voilà pour les grandes lignes de ce qu'il faut savoir sur le sous-titrage. Après, quelles sont les problématiques récurrentes qu'on peut voir quand on fait du sous-titrage? La première c'est que c'est difficile de savoir quels outils utiliser pour créer le sous-titrage, pour manipuler le sous-titrage, et comment on fait pour l'intégrer à la vidéo? Comment on fait pour l'incruster à la vidéo ou justement pas l'intégrer à la vidéo? Puisque je vous ai dit tout à l'heure que moi, je ne conseillais pas l'incrustation dans la vidéo, mais plutôt de générer un fichier SRT qu'on va venir ajouter au fichier vidéo. Ensuite on voit que le sous-titrage ça peut être très chronophage. Pour ceux qui ont pratiqué un peu, si vous avez mis un peu les mains dedans, écouter en fichier vidéo, retranscrire le texte, repérer l'instant de la vidéo où il faut synchroniser la phrase etc... Tout ça, ça peut prendre beaucoup de temps. Et comme on n'a pas toujours le temps, souvent on sous traite, et ça peut permettre d'avoir des coups assez élevés, quand on commence à sous traiter le sous-titrage de toutes ses vidéos. Alors quand c'est une vidéo de trois minutes, ça va, c'est largement abordable. Mais quand on commence à produire beaucoup de contenus vidéos, ça peut représenter un budget très important. D'autant plus quand on est obligé de sous-titrer les vidéos, comme c'est le cas dans certaines entreprises. Alors maintenant, je vous propose de reprendre quelques questions. La question que j'ai vu tout à l'heure, "Quelle est la meilleure visibilité pour les sous titres : couleur, police?" Là je pense que j'y ai répondu. "Et quand la vidéo est hors Momindum?" Et bien quand la vidéo est hors Momindum, soit vous incruster le sous-titrage dans le fichier vidéo, soit vous avez un player vidéo comme YouTube par exemple, qui vous permet de gérer les formats SRT. "Comment gérer le minutage rapidement?" C'est ce qu'on va voir juste après. La synchronisation, il y a des manières, et nous en tout cas, on vous propose une solution pour automatiser, pour accélérer cette synchronisation de votre sous-titrage. Je vous montrerais juste après. "Doit-on ajouter, comme dans les sous-titrages ciné, un bruit ambiant, une musique, etc...?" Ca dépend de ce que vous cherchez à faire, mais là, on est dans l'audio-description, c'est encore différent. L'audio-description, c'est vraiment dédié aux sourds malentendants. Et c'est surtout quand la vidéo, souvent plutôt pour le cinéma effectivement, où c'est très important de comprendre l'ambiance qu'il y a autour, si on est dans un film avec un moment de tension, il y a une musique de tension. Donc voilà, on met ça dans l'audio-description que le sourd soit plongé dans la vidéo. Après si vous êtes dans une vidéo d'entreprise, un peu comme on est là aujourd'hui. Est-ce que vous allez aller jusque là? Je ne suis pas sûr, en tout cas, nous sur le sous-titrage qu'on génère et qu'on va générer automatiquement, ce type d'éléments ne sont pas repris. On n'est pas dans l'audio-description, on est vraiment sur le sous-titrage exact de ce que la personne a dit. La quatrième raison, alors il me semble que j'avais donné les quatre raisons. Je pourrais repasser sur ma slide tout à l'heure : les quatre bonnes raisons. J'avais dit : référencement et accessibilité, si je reviens sur ma slide référencement et accessibilité. Pouvoir utiliser l'autoplay. Grâce au sous-titrage, l'autoplay sera utilisé pleinement et efficacement. C'était ça ma quatrième raison. Excusez-moi si je suis passé un peu vite tout à l'heure. Je reviens sur ma diapositive en cours. "Votre solution est-elle payante? Merci beaucoup." Alors, on a une solution avec une licence, effectivement pour l'hébergement, la diffusion des vidéos. Si vous souhaitez en savoir plus, évidemment, on sera ravi d'échanger avec vous. N'hésitez pas à revenir vers nous, vous pouvez envoyer un petit mail à Angélina qui vous a envoyé l'invitation et on reviendra vers vous. On sera ravi de discuter avec vous. et ce qu'il y a un moyen "Est-ce qu'il y a un moyen de sous titrer en live, comme ce qui est le cas avec YouTube?" Alors oui, en tout cas, on a une fonction pour créer des live de manière autonome où si on a rédigé son script en amont, on peut utiliser un prompteur et ça sous-titre en live. Après, il y a d'autres options. Il y a d'autres techniques de sous-titrage en live qui sont des solutions de "speech to text", dont on va parler un petit peu après, avec leurs limites évidemment. C'est pas parfait. Et sinon vous avez aussi l'option de faire comme ce qu'on a vu lors des interventions avec Emmanuel Macron par exemple, qui est une personne qui, en direct, tape le sous-titrage. Pour le live, quand on est dans la situation de live. Je vous propose de continuer et de reprendre quelques questions après. Alors maintenant je vais passer dans le "concrètement comment on fait pour sous-titrer des vidéos?" Et je vais avoir deux approches vraiment différentes. Première approche dont je vais vous parler, c'est quand on a déjà le fichier vidéo. Il y a une vidéo qui a été enregistrée avec un smartphone, avec une caméra pro, avec ce que vous voulez. Et vous, une personne de la communication, ou de la formation, vous a envoyé ce fichier vidéo. Vous avez votre fichier mp4 et vous voulez sous-titrer ce fichier vidéo, ça c'est la première option. La deuxième approche est différente, c'est quand on s'apprête à enregistrer sa vidéo. On n'a pas encore le fichier, on s'apprête à l'enregistrer et donc comment on peut faire au moment de l'enregistrement, quelle est l'astuce qu'on pourrait utiliser pour qu'au moment de l'enregistrement, sous titrer en même temps qu'on enregistre. Ce sont deux approches bien distinctes. Donc je pars sur la première approche. Quand j'ai déjà mon fichier vidéo. On m'a envoyé un fichier vidéo. A nouveau, j'ai deux options qui s'offrent à moi. Soit on me fournit en même temps que le fichier vidéo, un fichier qui contient le script. Donc le texte qui a été dit dans la vidéo, on me le fournit déjà au format écrit. Et après on verra une autre option, c'est quand on ne me fournit pas le texte du tout. Donc là, je pars sur : j'ai déjà mon fichier vidéo et en plus, à côté, j'ai un fichier avec le script, un Word par exemple. Un Word avec tout le texte qui a été dit, qui a été lu dans la vidéo. Donc j'ai mes deux fichiers et comment je peux associer l'un avec l'autre? Première possibilité : manuellement. Vous pouvez utiliser des logiciels comme Vidéo Subtitle Maker ou Subtitle Workshop, qui sont des logiciels gratuits, si je ne dis pas de bêtise, qui vont vous permettre d'écouter votre vidéo, de dire telle phrase qui est dans mon script, correspond à tel instant de la vidéo. Je continue à écouter ma vidéo, telle phrase correspond à tel instant. Je continue à écouter ma vidéo, je mets en pause, telle phrase correspond à tel instant. Donc en fait, vous écoutez, vous mettez en pause, et vous associez la phrase au bon moment. J'ai déjà mon fichier vidéo, j'ai déjà mon script au format Word, j'associe les deux manuellement en écoutant, en mettant pause, en associant, en mettant pause, en associant, en mettant pause, en associant... Donc ça va quand même vous prendre un peu de temps parce que il va falloir écouter, mettre en pause, synchroniser, écouter, mettre en pause, synchroniser... Tout ça, c'est des temps de travail qui au bout à bout prennent du temps. Deuxième option, et là je parle plutôt de notre outil qu'on vous met à votre disposition, quand vous êtes utilisateurs, c'est de semi-automatiser ou d'automatiser, le sous-titrage de la vidéo. Comment ça se passe concrètement? J'ai mon fichier vidéo encore une fois. J'ai mon fichier de sous-titrage de texte. Je mon script dans un Word. Eh bien en fait, avec notre outil, vous allez juste écouter votre vidéo et faire défiler au rythme du discours, vous allez prendre le temps de la vidéo pour sous-titrer votre contenu. Alors concrètement, comment ça se présente? Notre logiciel, c'est quelque chose qui s'installe sur votre ordinateur. Ca nous fait une icône sur le bureau et quand vous voulez enrichir, donc sous-titrer une vidéo, vous allez tout simplement cliquer sur l'icône qui est sur le bureau et on va vous poser une question : Que voulez-vous faire? Là, en l'occurrence j'ai deux choix : enregistrer ou enrichir. Ici, j'ai déjà mon fichier vidéo, donc je vais faire enrichir un média et puis ensuite je vais cliquer sur suivant. Ensuite on va me poser une deuxième question. Que voulez vous enrichir? Et là, en l'occurrence, ce que je cherche à faire moi ici, dans le cas présent, c'est ajouter des sous-titres à une vidéo. Donc je vais cliquer sur l'option ajouter des sous titres à une vidéo, et je vais faire suivant. Ensuite, le logiciel va me demander d'importer le fichier vidéo d'un côté, ici, au centre, et à droite, il va me demander d'importer mon script. Donc ça peut être un format Word tout simplement. J'importe mon Word qui contient mon script. J'importe ma vidéo. Donc ça m'ouvre la vidéo et ça va m'ouvrir le script dans un prompteur. Ce que vous voyez dans la zone de prompteur ici là, et bien c'est le texte que j'avais rédigé dans mon Word. Et ensuite, une fois que je suis prêt, j'ai plus qu'à cliquer en bas à droite sur démarrer la synchronisation. Qu'est ce qui va se passer à ce moment là? C'est ma lecture va se mettre en play. J'aurais plus qu'à écouter l'audio de la vidéo. J'écoute ma vidéo, j'écoute ce que dit la personne dans la vidéo et ensuite je vais faire passer les phrases au rythme du discours. Donc quand il sera en train de dire la phrase qui est surlignée en jaune ici : "Selon Gartner, 75% des collaborateurs des grandes entreprises interagissent plus trois fois par jour à différents types de vidéos" je serai sur cette phrase. Dès qu'il va commencer la phrase suivante : "Ce média est donc au cœur de nos métiers." Et bien je vais tout simplement passer à la phrase suivante. Donc vous voyez, vous allez écouter la vidéo, vous écoutez la personne qui parle dans la vidéo et ensuite vous allez faire défiler le prompteur, le texte qui est dans le prompteur, au même rythme que la vidéo. Et donc en fait, ça va vous prendre la durée de la vidéo pour sous-titrer votre vidéo. Vous allez faire défiler comme ça tout le discours, tout le prompteur, tout au long de la vidéo. Une fois que vous serez arrivés à la fin de la vidéo, vous cliquerez sur terminer la synchronisation. Ça nous permet d'ouvrir la deuxième partie du logiciel, où on va pouvoir vérifier son travail, corriger s'il y a des fautes, ajuster si c'est nécessaire, et ensuite publier. Donc vous voyez qu'ici j'ai récupéré le script. Tout le texte qui était dans mon Word initial qui est apparu dans mon prompteur, et il est déjà timecodé. Si vous vous souvenez de ce que je vous ai dit au début, il est déjà associé à un instant précis de la vidéo, donc à l'instant qui correspond au moment où on l'a dit dans la vidéo. Donc j'ai pas eu besoin de faire toutes ces manipulations, de : je mets en pause, je prends ma phrase, je la copie-colle je la synchronise à cet instant, je remets lecture, j'écoute, je mets en pause etc... Tout ça, en fait, c'est le temps de réalisation, le temps de synchronisation, il est considérablement raccourci puisque ça vous prend juste la durée de la vidéo. Donc si votre vidéo fait deux minutes, et que vous avez déjà le script rédigé, ça vous prendra deux minutes pour sous-titrer votre vidéo. Une fois que c'est corrigé vous publiez et vos auditeurs récupéreront directement dans le player vidéo, ils auront la possibilité d'afficher le sous-titrage, qui apparaîtra, comme d'habitude, comme ce que vous connaissez dans le grand public. sur le player vidéo. Tout simplement. Petite session de questions réponses. "La charte orange interdit l'ombré" Écoutez, j'en suis désolé. Vous êtes sûr que c'est pour le sous-titrage? C'est le cas? Ecoutez, je sais pas, il faudra qu'on étudie la question, Mais là je ne peux pas vous en dire plus là-dessus. "Combien coûte le fait de sous-titrer une vidéo chez vous une vidéo de deux minutes?" Alors notre objectif, c'est que vous soyez autonomes pour le faire, donc on va vous fournir les outils pour le faire. Après on peut vous accompagner dans la création ce sera une prestation de service mais là, pour le coup, je vous invite à vous rapprocher de nous, en tout cas on vous recontactera si vous souhaitez en savoir plus sur les prix, je les ai pas en tête comme ça, parce que j'ai pas la casquette commerciale au sein de Momindum. "Peut-on utiliser un outil de reconnaissance vocale pour accélérer la saisie du texte qui constituera le sous-titrage?" C'est une excellente question et je vais y venir en effet, c'est un des points dont je vais vous parler après. Je vous propose de continuer et de reprendre quelques questions par la suite. On est toujours sur l'option où j'ai déjà mon fichier vidéo. J'ai déjà mon fichier vidéo et en revanche maintenant je n'ai pas le script correspondant. On m'a envoyé une vidéo et on m'a dit "débrouille-toi avec ça, tu dois le sous-titrer" Donc là, comment je fais pour générer le texte et comment je fais pour le synchroniser? Alors première étape, c'est que je dois transcrire le texte, puisque là je n'ai que un fichier vidéo et donc je dois le transcrire au format écrit. Soit vous le faites manuellement. Vous écoutez votre vidéo, vous mettez en pause, vous tapez la phrase dans votre Word, vous écoutez la vidéo, vous mettez en pause, vous tapez la phrase dans votre Word. Donc là, comme vous pouvez l'imaginer, ça va vous prendre pas mal de temps. Et une fois que vous avez retranscrit l'intégralité du texte. Et bien vous synchroniser le texte avec la vidéo comme on l'a vu juste avant, avec Maker par exemple, en écoutant et en faisant défiler le texte au rythme de mon discours. C'est la première possibilité qui est manuelle, qui va forcément vous prendre un peu de temps. La deuxième possibilité, c'est de faire de la transcription et de la synchronisation automatiques. Qu'est ce qu'on entend par transcription et synchronisation automatiques? Il y a un terme qui est fréquemment utilisé, qui s'appelle "speech to text", donc de l'oral à l'écrit. Et ça, c'est une manière d'automatiser la retranscription et la synchronisation du sous-titrage. Concrètement, comment ça se passe quand on fait du "speech to text"? Il faut que vous ayez une plate-forme vidéo qui dispose d'une solution de "speech to text" intégrée. Et donc, quand vous allez importer votre vidéo sur cette plateforme et bien automatiquement il y a un système, un outil de reconnaissance vocale automatique qui va analyser la piste audio de votre vidéo et qui va transformer tout ce qui est dit dans la vidéo en format texte de manière intelligente. L'outil écoute la vidéo et il tape. Alors ces technologies sont basées sur l'intelligence artificielle qui permet d'améliorer, ça fait longtemps que ce type d'outil sont en train de grandir, de s'améliorer tous les jours. On est maintenant sur des choses qui sont d'une fiabilité de 80 à 90% ça dépend des études qui sont faites, il y a différentes études qui ont été faites par des entreprises privées, donc ça dépend des résultats. Je crois aussi que ça dépend surtout de la qualité de la vidéo. que vous avez emporté. C'est-à-dire que si vous avez chargé une vidéo où il y a plusieurs intervenants qui parlent avec un son qui est moyen, avec une piste audio derrière, une piste musicale, de la musique derrière. Là, l'outil de reconnaissance vocale va avoir du mal à analyser l'audio et à le retranscrire en texte. En revanche, si vous êtes sur un format vidéo où il y a un intervenant qui parle, où il y a pas de fond sonore, où le son est bon, la qualité de retransmission va être considérablement améliorée, donc ça dépend aussi de votre fichier source. Après, il y a quand même, faut pas rêver, des limites, c'est-à-dire que dans ces systèmes d'automatisation, tous vos termes techniques qui sont liés à votre entreprise, les acronymes, les choses comme ça, c'est certain que l'outil automatique va avoir du mal à le retranscrire. Donc il faudra faire une relecture et une correction de ce qui est généré automatiquement. Mais ça va quand même vous faire gagner énormément de temps parce que derrière, ce texte qui aura été retransmis, sera aussi synchronisé aux bons instants de la vidéo, de manière automatisée. Vous allez gagner beaucoup de temps parce qu'il y a une première version de la transcription qui sera rédigée. Vous n'aurez pas besoin de mettre en pause, taper la phrase, mettre en pause, taper la phrase, mettre en pause, taper la phrase... Tout ça, ça sera déjà pré-rédigé et ensuite ça sera déjà synchronisé. Vous aurez gagné un temps considérable. Donc concrètement, on a un fichier vidéo, soit on a déjà le script qui est rédigé, donc on a d'un côté fichier vidéo d'un côté le script et donc on peut associer les deux avec Momindum Maker par exemple, comme je vous l'ai montré avant, soit on a un fichier vidéo et on n'a pas le script correspondant. Et dans ces cas-là, soit vous rédigez le script vous même, et vous le synchronisez vous même, soit vous utilisez ce qu'on appelle des solutions de "speech to text", vous chargez votre vidéo, et le sous-titrage est généré automatiquement. Maintenant le deuxième cas de figure. Je vous avais dit qu'il y avait deux grandes approches. La première grande approche qui était : on avait déjà le fichier vidéo, c'est dont je vous ai parlé jusqu'à présent. Et la deuxième approche était : on n'avait pas encore le fichier vidéo, on s'apprête à l'enregistrer ce fichier vidéo. Et donc dans ces cas là, comment on fait pour que, au moment de l'enregistrement, on ait une manière de récupérer directement le sous-titrage? Alors nous, ce qu'on vous préconise, on a un outil qui permet de vous enregistrer avec un prompteur et en fait, ce prompteur, pendant que vous allez vous enregistrez va vous permettre de récupérer directement le sous-titrage. Alors quand on veut générer un sous-titrage grâce à un prompteur, quand on va s'enregistrer en vidéo, il faut déjà rédiger son texte. On va pas avoir le choix que de préparer son script avant l'enregistrement. Alors ça prend du temps de rédiger son script, mais c'est vraiment intéressant de le faire pour plusieurs raisons. Première raison, comme vous allez avoir le prompteur, ça sera plus facile pendant votre enregistrement, vous allez moins bafouiller, vous allez pas faire de disgression, vous serez sûrs de transmettre exactement l'information que vous voulez transmettre. Vous n'aurez pas de tics verbaux non plus pendant l'enregistrement. Deuxième chose, Le fait de rédiger ce script va vous obliger à rester synthétique. Vraiment aller au cœur et à l'essentiel du message que vous voulez transmettre. Évidemment, puisque vous allez utiliser le prompteur en ayant rédigé ce script et bien ça vous permettra de sous-titrer directement la vidéo. Une fois que vous avez rédigé ce script, vous allez vous enregistrer avec le prompteur, donc dans le prompteur, vous allez insérer le script. Ensuite, une fois que vous aurez fini votre enregistrement, il vous suffira de vérifier votre travail et de publier. Votre vidéo sera déjà sous-titrée. Alors petite astuce et là je reviens sur une des questions qui avait été posée c'est que : effectivement rédiger rédiger son script avant de s'enregistrer ça prend du temps. Même si il y a pleins de bénéfices comme je vous l'ai partagé il y a un instant, ça prend quand même du temps. Donc on peut utiliser des solutions de dictaphone qui vont vous permettre de rédiger, de parler, vous dictez en fait, et il écrit. Ca existe dans PowerPoint. Si vous utilisez la dernière version de PowerPoint, avec Office365. Et bien dans PowerPoint, vous voyez en haut à droite du screenshot, il y a une fonction qui s'appelle "dictée" et dans ces cas-là, vous n'avez plus qu'à, il y a la même chose dans Word, vous n'avez plus qu'à cliquer sur le bouton et parler dire ce que vous voulez raconter dans la vidéo et ça va le rédiger. Après, vous pourrez évidemment corriger les éventuelles fautes ou reformuler si vous n'avez pas été très à l'aise quand vous avez dicté. Il y a d'autres outils qu'existent Dragon, par exemple, qui existe depuis longtemps. Et ça, ça va vous permettre de rédiger votre script plus rapidement. Normalement. C'est une petite astuce pour faciliter la rédaction de votre script. Une fois que vous avez rédigé votre script, avec Maker, vous allez pouvoir vous enregistrer. Alors je rappelle, là on est sur un mode d'enregistrement avec le prompteur. Donc première question que va vous poser le logiciel, c'est que voulez vous faire? Et bien là, je n'ai pas encore mon fichier vidéo puisque je veux l'enregistrer. Donc je vais sélectionner l'icône centrale qui est enregistrer un média. Alors que tout à l'heure, j'avais utilisé enrichir un média parce que j'avais déjà mon fichier vidéo. Une fois que j'ai cliqué sur enregistrer un média, je passe à la phase suivante. Il va me demander, qu'est ce que vous voulez enregistrer? On a trois options. Soit on s'enregistre seul face à la caméra, avec son micro et avec le prompteur, ou alors on s'enregistre au-dessus d'un PowerPoint, ou alors on enregistre, on filme l'écran de son ordinateur avec sa voix et on utilise à nouveau ce prompteur. Là pour l'exemple, je vais choisir uniquement la fonction caméra et je fais suivant. Ensuite, je vais régler ma caméra, tout simplement. Et puis je vais importer mon script que j'ai rédigé au préalable, soit complètement manuellement, en tapant sur mon ordinateur, soit en utilisant la fonction de dictaphone dont je vous ai parlé. Une fois qu'on a importé le script, le prompteur va s'ouvrir avec la première phrase du script qui est surlignée en jaune. Donc c'est la phrase qu'on va lire en premier. Et puis ensuite, une fois qu'on est prêt, on démarre l'enregistrement et on va lire son texte, la caméra s'allume, et on lit son texte tout simplement. Donc ça facilite la capture. Donc on va lire la première phrase, la phrase en jaune. "Selon Gartner, 75% des collaborateurs des grandes entreprises interagissent plus de trois fois par jour avec différents types de vidéos." Et une fois qu'on aura fini de lire la phrase en jaune, on va passer à la phrase suivante en cliquant sur transcription suivante ou en appuyant sur la flèche du bas du clavier. J'ai vu que c'était une question qui avait été posée : "Je n'ai pas compris comment passer d'une phrase à l'autre." Eh bien tout simplement, sur le prompteur, vous avez une option transcription suivante qui vous permet de passer d'une phrase à l'autre. Vous lisez votre texte et vous passez à la phrase suivante. Ça fonctionne de la même manière avec la première option que je vous ai montré tout à l'heure, où on écoutait le discours de la vidéo, on écoutait la vidéo qu'on avait à notre disposition et on faisait défiler le texte. Et bien, ça fonctionne de la même manière, on clique sur le bouton transcription suivante, ou on appuie sur la flèche du bas du clavier. Une fois qu'on a terminé l'enregistrement, le logiciel d'édition va s'ouvrir et là, on va pouvoir vérifier son travail recorriger éventuellement si on avait laissé passer des coquilles. On va pouvoir ensuite, prévisualiser et publier comme on l'a vu tout à l'heure et donc là, la vidéo sera déjà sous titrée pour l'auditeur final. On voit bien ici qu'on récupère les phrases, chacune des phrases. Et puis on voit, à chaque fois, qu'il y a timecode qui a été récupéré. Donc voilà, quand on n'a pas encore enregistré sa vidéo, on peut utiliser cet outil qui dispose d'un prompteur pour synchroniser. On se filme avec le prompteur et ce prompteur est récupéré et il est synchronisé automatiquement comme étant du sous-titrage pour vos auditeurs finaux, votre vidéo sera déjà sous-titrée. Voilà donc je vous rappelle, il y avait deux grandes approches. Première approche on avait déjà son fichier vidéo comment on pouvait faire pour le sous-titrer? Soit on avait déjà le script et dans ces cas-là il fallait utiliser Maker pour associer l'un avec l'autre. Soit on n'avait pas encore le script et dans ces cas-là on peut utiliser les solutions de "speech to text", qui analyse automatiquement le fichier vidéo et qui le retranscrit à l'écrit qui le synchronisme, qui synchronise chaque phrase, ça c'est quand on a déjà son fichier vidéo. Et quand on n'a pas encore son fichier vidéo, on peut s'enregistrer avec un prompteur pour sous-titrer au moment de l'enregistrement, sous-titrer directement la vidéo. J'espère que c'est clair, je prends quelques questions. Alors "Souvent on assiste à des Webinars en langue qu'on ne maîtrise pas, peut-on avoir un outil de transcription en live? Je m'excuse, j'ai raté votre réponse à ma question." C'est ce que je disais tout à l'heure, effectivement, il y a des systèmes pour transcrire automatiquement en live. Effectivement, tout ce que je vous ai dit jusqu'à présent concerne des vidéos à la demande. On dispose déjà d'un fichier vidéo, ou on enregistre un fichier vidéo, qu'on va poster à la demande. Donc là effectivement, on était plutôt sur un sujet à la demande. Là, la question porte sur quand on organise un événement en direct sur Internet, on fait une présentation en direct sur Internet, exactement comme je suis en train de le faire aujourd'hui. Est-ce que on peut sous-titrer pendant le direct, la vidéo? Alors il y a plusieurs options. Nous, on a une fonction, on a un outil qui permet de faire du live, qui permet, si on a rédigé son script en amont, d'utiliser le prompteur pendant live pour que le live soit sous-titré en direct. Dans ces cas-là, ça reprend ce qui est écrit dans votre prompteur. Donc c'est parfait. Il n'y aura aucune erreur puisque c'est ce que vous avez rédigé en amont, ça nécessite tout de même d'avoir rédigé sont script au préalable. Ce qui est une contrainte comme on l'a vu, mais ce qui est aussi intéressant parce qu'on est sûr de ne pas faire de digressions, de rester synthétique etc... C'est une première solution. Après, il y a d'autres solutions effectivement, qui sont de retranscrire de manière automatisée il y a une machine qui écoute la vidéo et qui retranscrit et qui affiche le sous-titrage en direct. Ça existe aussi avec des limites, c'est que ça ne sera pas parfait parce que c'est de l'automatique, donc il y aura des erreurs. Et donc là, c'est un parti pris, en disant j'accepte que pendant mon live, le sous-titrage qui est généré automatiquement ne soit pas parfait. C'est pas possible que ça soit parfait. Rien que les termes techniques et les acronymes l'outil automatique ne peut pas forcément les reconnaître. Et enfin, il y a une troisième option quand on fait du live pour sous-titrer en direct son live, c'est de faire appel à une prestation de service et donc il y a, comme pour les live d'Emmanuel Macron qu'il a fait pendant le confinement, il y a une personne qui, en temps réel, écoute le live et tape le texte qui est dit et il s'affiche directement sur le player vidéo pendant le live. Trois options : on a rédigé son script en amont et on utilise un prompteur pendant le live, deuxième option on utilise une solution de "speech to text" en live donc on accepte quelques erreurs, troisième option, on fait une presta de service, il y a quelqu'un qui retranscrit le texte en live. J'espère avoir répondu à votre question. "Des exemples de solutions plates-formes "speech to text"?" Nous, c'est embarqué dans notre solution, on l'embarque, on s'appuie sur des partenaires qui sont mondialement connus comme Amazon par exemple qui sont spécialisés, qui ont des briques spécialisées là-dedans. "Si la vidéo n'est pas encore enregistrée mais que nous n'avons pas de script?" Alors dans ces cas-là, si on enregistre sa vidéo, mais qu'on l'enregistre sans le script, et bien on fait l'enregistrement sans script, ça veut dire qu'on génère une vidéo qui ne contient pas de sous-titrage. Et dans ces cas-là, on publie la vidéo directement sur la plate-forme vidéo et c'est la solution de "speech to text" qui va sous-titrer automatiquement la vidéo avec les erreurs que ça va générer et donc la possibilité de corriger derrière. Quand on n'a pas de script au moment de l'enregistrement, on fait comme si on avait récupéré un fichier vidéo sans script, et donc on charge directement, ça sous-titre directement avec la solution "speech to text". J'espère avoir répondu à la question. "Je n'ai pas tout compris. L'acteur parle, et clique en se filmant, ça va se voir l'image." Alors en fait non, enfin oui. C'est-à-dire que l'acteur, la personne qui s'enregistre, lui, sur son écran, a un promteur et il fait défiler le texte, soit en cliquant sur transcription suivante, soit en utilisant la flèche du bas de son clavier, soit en utilisant une télécommande pour faire défiler son texte. Et en fait ça va pas voir parce que le prompteur, il est proche de la caméra et on va pas voir que la personne est en train de lire. On a beaucoup beaucoup d'utilisateurs, on a beaucoup de clients, on a beaucoup d'utilisateurs qui utilisent nos outils pour s'enregistrer et ça se voit pas, voilà. Sauf si vous mettez votre prompteur en énorme et donc là on voit bouger les yeux, mais si vous restez avec votre prompteur dans une zone restreinte ça se voit pas. Et puis ensuite, on conseille d'utiliser une petite télécommande exactement comme quand on est en présidentiel dans une salle de conférence ou autre, il y a une petite télécommande qui permet de faire défiler le texte, faire défiler les diapos, avec ce type de télécommande on peut faire défiler son prompteur, et donc c'est assez naturel et en l'occurrence vous si vous regardez sur les journaux télévisés et autre, les intervenants, les speaker, la plupart du temps ont des prompteurs, ça se voit pas forcément qu'ils ont un prompteur. En revanche ce qu'il faut c'est quand même s'être entraîné en amont, à lire son texte, c'est à dire que si vous vous enregistrez, que vous découvrez le texte, c'est pas vous qui l'avait rédigé en plus. Alors là effectivement, ça risque de se voir un peu parce que vous allez lire un texte que vous maîtrisez pas, ça va se voir. En revanche, si vous êtes entraîné, que vous avez lu votre texte une ou deux fois à voix haute, devant votre miroir par exemple, avant votre enregistrement, vous allez maîtriser votre texte, vous serez beaucoup plus à l'aise. Je vous propose de continuer et de reprendre quelques questions par la suite. Dernière étape qui est aussi importante. C'est : comment on fait pour corriger et pour internationaliser? On a déjà vu qu'on pouvait corriger sur le logiciel en local juste après la capture ou juste après la la synchronisation des éléments. On peut aussi le faire en ligne et ça a un avantage assez important. Donc là je vous montre une impression écran de ce qui existe de notre outil qui est disponible en ligne. Donc imaginons vous avez uploader votre vidéo, il n'y avait pas de script donc la solution de "speech to text" a généré un sous-titrage automatiquement et vous voulez le corriger directement en ligne, vous avez tout ce script qui est ici, qui est généré automatiquement avec les timecodes, donc ça a déjà été synchronisé. Et ensuite, la solution de "speech to text" vous met en rouge les mots où il pense avoir fait une erreur, un élément où il n'est pas sûr. Vous n'avez plus qu'à cliquer sur la phrase, faire la correction et ensuite c'est enregistré. Vous publiez les modifications et c'est terminé. Donc directement en ligne, vous pouvez faire des modifications. Ce qui est intéressant aussi, c'est que, le fait qu'on soit en ligne, l'impact est immédiat. C'est-à-dire que cette vidéo que vous avez uploadé, vous avez récupéré un lien de partage. Vous l'avez partagé avec vos collaborateurs sur le réseau social de l'entreprise, par mail, sur la plateforme de formation, dans l'intranet... Où vous voulez. Vous avez récupéré le lien et vous l'avez diffusé. Et quelqu'un vous rappelle en disant dit donc il reste des fautes dans ton sous-titrage, c'est pas du meilleur effet. Pas de panique. Vous avez juste à rouvrir cette interface d'édition qui est disponible en ligne. Vous faites les corrections, vous faites publier les modifications et c'est terminé. Le sous-titrage est mis à jour directement sur tous les endroits où vous avez partagé. Comme c'est en Cloud, c'est hébergé, c'est diffusé par nos technologies, et bien en fait le sous-titrage est corrigé directement pour tous les auditeurs. Donc les liens que vous avez déjà partagé à vos auditeurs par mail, sur l'intranet, sur le réseau social de l'entreprise, sur la plate-forme de formation et autres, bénéficient déjà de la dernière version du sous-titrage. Vous n'avez pas besoin de repartager un nouveau lien. La correction se fait, et l'impact se déploie immédiatement. Voilà pour une correction en ligne facile et rapide. Après, si vous voulez aller plus loin, vous pouvez aussi exporter depuis notre plate-forme de vidéos exporter le fichier de sous-titrage aux formes SRT. Le corriger en local avec soit dans Word, soit dans les logiciels gratuits dont j'ai parlé tout à l'heure, soit dans Maker dont on parlait tout à l'heure aussi. Vous corrigez votre sous-titrage et ensuite vous pouvez le réimporté. Vous pouvez soit le faire en ligne, soit en local comme vous préférez. Ça dépend aussi parfois la quantité de corrections à faire. Parfois quand on a beaucoup de changements à faire, on est plus confortable en local sur son ordinateur que sur Internet en ligne et dépendant de la connexion internet. Le fait d'exporter comme ça le sous-titrage va vous permettre aussi de faire de la traduction facilement. Je vous mets dans un cas concret. J'ai importé cette vidéo en français, ça a généré un sous-titrage, je l'ai corrigé, donc j'ai un sous-titrage parfait en français. Maintenant je veux que ce sous-titrage soit en anglais. Je peux ici exporter le fichier de sous-titrage français, l'ouvrir dans un Word ou dans un logiciel spécialisé dans les sous titrages, le traduire moi-même ou alors envoyer ce ficher de sous-titrage à un traducteur qui a plus de compétences que moi dans la traduction. Il traduit. Il me renvoie fichier SRT. Et ce qui est intéressant c'est que la traduction, les phrases sont déjà synchronisées au bon moment donc vous n'avez pas besoin de réécouter toutes vos vidéos de resynchroniser au bon moment... Eventuellement vous aurez peut être besoin d'ajuster sur certaines phrases d'une seconde ou pas, en avance ou en arrière. Parce que entre le français et l'anglais, on ne met pas la même temps à dire les phrases. Donc parfois vous allez peut être devoir réajuster un petit peu, mais vous allez quand même gagner énormément de temps parce que la majorité des phrases seront déjà synchronisées au bon moment. Ensuite vous pourrez une fois que vous avez ce deuxième fichier de sous-titrage en anglais par exemple, vous pourrez l'importer, pour l'associer à cette vidéo, dans la plate-forme vidéo, vous pourrez l'importer, cette nouvelle version de sous-titrage anglaise et du coup, l'auditeur, lui, sur son player vidéo, l'auditeur final quand il va consulter la vidéo, il aura ce fameux bouton CC qui apparaîtra sur le player vidéo, il pourra sélectionner langue française ou anglaise. Si je récapitule, si on veut traduire, on exporte le fichier de sous-titrage, on traduit soi-même ou on fait traduire par quelqu'un d'autre et on réimporte le fichier sous-titrage en mode anglais et donc l'auditeur verra directement la traduction. Et à nouveau, comme tout à l'heure, c'est-à-dire que si vous aviez votre vidéo qui était sous-titrée en français, que vous aviez déjà partagé, vous aviez déjà récupéré le lien de cette vidéo et vous l'aviez déjà diffusée à vos équipes sur l'intranet, sur le réseau social, etc... Et que c'est dans un deuxième temps qu'on vous a demandé de la traduire, pas de problème, vous traduisez, vous uploadez la nouvelle version de sous-titrage. Il n'y a pas besoin de repartager un nouveau lien. Tous les auditeurs qui disposent déjà du lien peuvent bénéficier de ce sous-titrage anglais directement. C'est déployé directement. Voilà ce que je voulais dire sur les sous-titrages et sur la traduction. Oui, sur la traduction, je voulais ajouter un point. C'est qu'on parle beaucoup de traduction automatique aussi. Alors on l'a pas encore déployé, nous, de notre coté, on est en train de le faire, on en train d'y réfléchir, comment on va le faire. C'est possible. Il existe aussi des solutions maintenant pour traduire automatiquement le fichier de sous-titrage en français par exemple, de le traduire directement automatiquement en anglais. A la condition que la version française, si je pars d'une version française, soit parfaite. Si on traduit, parce ce que vous savez que la traduction automatique, même si c'est pareil, ça progresse énormément, et depuis 10 ans ça s'est beaucoup amélioré, ce n'est pas encore parfait. Donc il faudra corriger derrière. Donc si vous partez d'un fichier de sous-titrage en français par exemple qui n'est pas parfait, vous traduisez du pas parfait, c'est pas terrible. Mieux vaut bien corriger le sous-titrage dans la langue initiale en français, une fois que le sous-titrage est propre, lancer la traduction automatique donc ça génére un deuxième fichier de sous-titrage dans une autre langue. Ensuite on pourra corriger en ligne comme on l'a vu précédemment. Il faut partir d'un fichier source de sous-titrage qui est propre. Voilà pour le sous-titrage. Est-ce que vous avez d'autres questions? "Un calque gris derrière le texte pour remplacer l'ombré?" Ecoutez, oui, après ça, à discuter... Les changements pour la police ou les autres aspects comme ça, à voir, à discuter, là j'ai pas d'avis complémentaire là-dessus donc à voir. J'ai fini sur la partie présentation. N'hésitez pas à continuer à poser vos questions si vous le souhaitez. Juste pour terminer, je voulais vous partagez qu'on avait mis en place au début du confinement une offre solidaire pour vous accompagner dans votre activité grâce à la vidéo dans cette période, où le travail à distance est de mise. Donc on vous propose de faire du live gratuitement, qui sera un live minimum par entreprise avec une audience illimitée. Cette offre est valable jusqu'au 30 juin et on vous propose aussi la plate-forme vidéo Momindum Cloud qui gère cette notion "speech to text" dont je vous ai parlé, qui gère la possibilité de corriger en ligne le sous-titrage et également qui vous met à disposition l'outil de création de contenu Maker qui permet d'associer, de synchroniser les sous-titrage automatiquement. On vous l'a mis à disposition. Une plateforme sur laquelle vous pourrez héberger jusqu'à cinq heures de vidéo et on la maintient gratuitement jusqu'au 30 juin. On a prolongé après le confinement parce qu'il y a quand même encore beaucoup d'entreprises qui ont maintenu les équipes en télétravail pendant un certain temps. Donc, on vous le laisse à disposition jusqu'à la fin du mois. Et par ailleurs, on continue nos live. On fait un live hebdomadaire pour vous accompagner, pour essayer de vous donner quelques astuces, quelques bonnes pratiques dans la réalisation de vos videos d'entreprises et donc là on a trois live qui sont programmés déjà. En fait on lance une série de quatre live pour vous donner des conseils sur l'auto-production de vidéos quand vous n'avez pas de compétence technique en matière de vidéo, quand vous n'avez pas beaucoup de matériel, vous n'avez pas un équipement professionnel, un studio et autres. Vous donner la possibilité d'enregistrer des vidéos de la meilleure qualité possible et donc pour ces trois évènements qui auront lieu le 18 juin, 25 juin, 2 juillet et la semaine d'après encore, je ne serais pas tout seul cette fois-ci, je serai avec Aymeric Miriel qui est un réalisateur vidéo qui travaille déjà depuis cinq ans dans la réalisation de vidéos pour des grands comptes, pour des grandes entreprises : Orange, Capgemini, Walters Kluwer, dans des grands comptes, et qui connaît bien les problématiques de la vidéo d'entreprise. Il connaît évidemment toutes les techniques liées à la vidéo et donc il va vous partagez ses bonnes pratiques. Dans le premier live du 18 juin, on parlera d'image. Les termes techniques qu'il faut connaître pour pouvoir faire des réglages soi-même, les différentes caméras, webcams, smartphones, etc... qu'on peut utiliser et relier à l'ordinateur pour faire de l'auto-production. Donc c'est vraiment sur l'image. Ensuite le 25 juin on sera sur les astuces pour maîtriser la lumière qui est un sujet important. Donc pareil les termes techniques qu'il faut maîtriser en matière de lumière pour comprendre et pour faire ses réglages correctement. Et puis, quel type de lumière on peut utiliser, le naturel, les spots, et en fonction pourquoi on utilise plutôt l'une que l'autre en fonction des situations dans lesquelles on se trouve et quels sont les intérêts, les avantages d'utiliser l'un ou l'autre? Donc la lumière. Et la troisième session ça sera sur le son. Comment on fait pour maîtriser les techniques de son? Et puis la dernière ce sera sur le matériel, les accessoires, le cadrage, les choses comme ça... qui sera mi-juillet. Voilà pour moi. Je vais prendre encore une ou deux questions si il y en a encore. "L'hébergement des vidéos est-il limité dans le temps et conforme à la confidentialité des données?" Alors, en l'occurrence là je parle, j'imagine que la question est en rapport avec Momindum, l'hébergement de vidéos par Momindum, quand vous souscrivez à Momindum, vous avez une licence annuelle, donc vous renouvelez, vos vidéos sont hébergées. C'est vous qui décidez quand vous voulez les supprimer, ou quand vous les laissez. Et ensuite nous, notre fer de lance aussi, c'est pour ça qu'on s'adresse principalement aux entreprises, c'est parce que on est très axé sur la sécurité. Donc pour s'assurer que les contenus, si ce sont des contenus qui sont dédiés uniquement aux collaborateurs par exemple, ne puissent pas sortir du périmètre qui a été défini. Nous, la sécurité, c'est quelque chose de très important pour nous. Donc évidemment, on respecte la notion de confidentialité. Après vous restez propriétaire de vos contenus. C'est vous qui gérez votre contenu, qui êtes propriétaires de votre contenu. On s'assure juste que votre contenu est bien sécurisé. Voilà, j'espère avoir répondu à la question et je crois que c'est tout pour le moment. Écoutez, merci beaucoup. Si vous n'avez pas d'autres questions, on va s'arrêter là. Merci beaucoup pour votre attention et j'espère que ce live vous a intéressé. N'hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn, sur Twitter, pour avoir toutes les infos sur nos actualités, sur les évènements qu'on organise. N'hésitez pas aussi à nous partager des informations, si vous voulez assister à des live qui parleraient d'un sujet ou d'un autre, si il y a des sujets qui vous intéressent plus que d'autres, n'hésitez pas à nous les suggérer, on sera ravi de vous accompagner vraiment. Notre objectif c'est de vous donner des conseils, des astuces aussi pour vous permettre de créer de la vidéo, vous aussi, plus facilement. Merci encore pour votre attention et à très bientôt. Au revoir

    • Introduction
    • Les 4 bonnes raisons de sous-titrer vos vidéos
    • Pour le référencement
    • Pour l'accessibilité
    • Pour l'internationalisation des contenus
    • Pour que la vidéo soit visionner n'importe où et à n'importe quel moment
    • Question : Il reste toujours des "coquilles" (fautes d'orthographe ou autres) dans les sous-titrages, comment les éviter au maximum ?
    • Question : Faut-il écrire ce que dis réellement la personne ou mieux vaut rectifier certaines erreurs de français, supprimer les répétitions, les bafouillages…?
    • Question : Peut on intégrer des SRT à votre solution ? Et non manuellement ?
    • Question : Pour le sous-titrage multilingue, comment switcher de l'anglais au français par exemple ?
    • Les grandes étapes pour sous-titrer une vidéo
    • La rédaction et la transcription
    • La synchronisation
    • La vérification
    • Ce qu'il faut connaître à propos du sous-titrage
    • Utiliser une police sans empattement
    • Limiter le nombre de lignes et de caractères
    • Respecter le format SRT
    • Comprendre ce qu'est un "Timecode"
    • Les problématiques récurrentes avec le sous-titrage
    • Les outils pour le créer et l'intégrer dans la vidéo
    • Le sous-titrage est chronophage
    • Des coûts élevés lorsque l'on sous-traite
    • Question : Et quand la vidéo est hors Momindum ?
    • Question : Comment gérer le minutage rapidement ?
    • Question : Doit on ajouter comme dans les sous-titrages ciné, un bruit ambiant, une musique ?
    • Question : Quelle est la 4ème bonne raison de sous-titrer une vidéo ?
    • Question : Votre solution est-elle payante ?
    • Question : Est-ce qu'il y a un moyen de sous-titrer en live comme ce qui est le cas avec Youtube ?
    • Comment sous-titrer mes vidéos
    • Lorsque l'on possède déjà son fichier vidéo
    • Lorsque je vais enregistrer ma vidéo
    • Je possède mon fichier vidéo
    • Je possède déjà un script
    • La synchronisation manuelle
    • La synchronisation automatique avec Momindum
    • Ouvrir Maker et sélectionner "Enrichir un médiéa"
    • Choisir "Ajouter des sous-titres à une vidéo"
    • Importer la vidéo et le script
    • Démarrer la synchronisation et faire défiler le prompteur
    • Cliquer sur "Terminer la synchroniqation"
    • Vérifier et modifier le projet
    • Prévisualiser et publier
    • Question : Combien coûte le fait de sous-titrer une vidéo chez vous ?
    • Question : Peut on utiliser un outil de reconnaissance vocale pour accélérer la saisie du texte qui constituera le sous-titrage ?
    • Je ne possède pas de script
    • La transcription et la synchronisation manuelle
    • La transcription et synchronisation automatique
    • Import de la vidéo
    • Une reconnaissance vocale automatique
    • Des technologies basées sur l'intelligence artificielle
    • La synchronisation automatique
    • Je vais enregistrer ma vidéo
    • Générer le sous-titrage au prompteur
    • Rédiger le texte
    • Enregistrer avec le prompteur
    • Modifier et publier
    • Astuce pour rédiger son script plus rapidement
    • S'enregistrer avec Maker
    • Ouvrir Maker et sélectionner "Enregistrer un média"
    • Que voulez-vous enregistrer ?
    • Régler la caméra et importer le script
    • Enregistrer en lisant le prompteur
    • Vérifier, modifier et publier le projet
    • Question : Souvent on assiste à des Webinars en langue qu'on ne maîtrise pas, peut on avoir un outil de transcription en live ?
    • Question : Avez-vous des exemples de logiciel pour le speech to text ?
    • Question : Si la vidéo n'est pas encore enregistrée mais que nous n'avons pas de script ?
    • Question : L'acteur perle et clic en se filmant ? Cela va-t-il se voir sur l'image ?
    • Comment corriger et internationaliser ?
    • Corriger en ligne pour un impact immédiat
    • Exporter, modifier et traduire en local
    • Importer le fichier pour chaque langue souhaitée
    • Question : Un calque gris léger derrière le texte pour remplacer l'ombré ?
    • Offre solidaire Live
    • Offre solidaire VOD
    • Nos prochains Live
    • Questions/Réponses
    • L'hébergement des vidéos est-il limité dans le temps et conforme à la confidentialité des données ?
    • Offre solidaire : votre plateforme vidéo professionnelle gratuite
      00:48:46

Replay - Les astuces pour sous-titrer automatiquement vos vidéos !

Mise en ligne le 11/06/2020   Replay Live